fbpx

Un encours de 915,3 MMDH à fin février – Aujourd’hui le Maroc

7

- Advertisement -

Les crédits à l’habitat se sont situés autour de 243,83 milliards de dirhams dont 22 milliards de dirhams de financement participatif à l’habitat.

Financement : La progression des concours au secteur non financier reflète principalement l’évolution des prêts aux sociétés non financières privées qui, après avoir accusé une baisse de 0,7 % en janvier 2024, sont revenus à leur niveau de février 2023.

Le crédit bancaire au secteur non financier a affiché une progression au titre du deuxième mois de l’année. Sur les 1.089,05 milliards de dirhams de crédits bancaires alloués à fin février, l’encours des prêts accordés au secteur non financier s’est établi à 915,3 milliards de dirhams progressant ainsi de 2,5 % contre 1,9 % auparavant. «La progression des concours au secteur non financier reflète principalement l’évolution des prêts aux sociétés non financières privées qui, après avoir accusé une baisse de 0,7 % en janvier 2024, sont revenus à leur niveau de février 2023», commente Bank Al- Maghrib dans sa publication relative aux statistiques monétaires. Et de préciser que «la croissance des crédits aux ménages est restée, pour sa part, quasiment stable à 1,3%, alors que celle des concours aux sociétés non financières publiques a décéléré à 20,8% après 22,5%».

Dans les détails, 815,9 milliards de dirhams de prêts ont été alloués au secteur privé dont 425,7 milliards de dirhams accordés aux sociétés non financières privées au moment où 385,1 milliards de dirhams ont été contractés par les ménages. De cet encours, 344,1 milliards de dirhams ont été destinés pour les particuliers et MRE et 41 milliards de dirhams aux entrepreneurs individuels. Pour ce qui est du secteur public, l’encours alloué à fin février s’est établi à 99,4 milliards de dirhams. A cet égard, 27,1 milliards de dirhams ont été accordés aux administrations locales.

Les sociétés non financières publiques ont contracté pour leur part des prêts de 72,3 milliards de dirhams. Par objet économique, la Banque centrale indique que l’évolution du concours bancaire au secteur non financier recouvre une atténuation de la baisse des facilités de trésorerie à 3,3 % après 4,5 %, et ce avec un repli des crédits aux sociétés privées de 8,4 % après celui de 9,6 %. On relève également une quasi-stagnation des prêts à l’immobilier à 0,6 %. Les prêts contractés à ce niveau ont atteint les 302,09 milliards de dirhams.
Les crédits à l’habitat se sont ainsi situés autour de 243,83 milliards de dirhams dont 22 milliards de dirhams de financement participatif à l’habitat. Les crédits aux promoteurs immobiliers sont revenus à 51,98 milliards de dirhams, en baisse de 2,3 %.

Les concours à l’équipement et à la consommation ont suivi la même tendance stagnant respectivement à 5,1 et à 0,5 %. En ce qui concerne les créances en souffrance, elles ont enregistré une hausse de 6 % et ce après 5 % en janvier 2024. Elles se sont élevées à fin février à 95,1 milliards de dirhams. Leur ratio au crédit ressort ainsi à 8,7 % contre 8,6 % auparavant.

C’est le titre de la boite

Les OPCI dans le champ de couverture des statistiques monétaires

Publication  A partir du mois de mars, les statistiques monétaires couvriront les données des Organismes de placement collectif immobilier (OPCI). Cette intégration s’inscrit dans le cadre du processus continu d’enrichissement des statistiques monétaires. « Ce travail est l’aboutissement d’une étroite collaboration entre BAM et l’Autorité marocaine du marché des capitaux», indique la Banque centrale. Et de préciser que « l’élargissement de la couverture des statistiques monétaires à ces organismes n’aura aucun impact sur la masse monétaire et ses contreparties. Néanmoins, il permettra d’affiner la position financière des agents non financiers vis-à-vis des sociétés financières». De nouvelles publications seront disponibles sur le site institutionnel de la Banque centrale. Le compte de patrimoine des OPCI sera disponible sur le site selon une fréquence semestrielle et ce, deux mois après les arrêtés de juin et de décembre. A cela s’ajoutent les détentions des ménages et des sociétés non financières en titres d’OPCI au niveau des positions des sociétés financières vis-à-vis du secteur non financier ainsi que le document méthodologique d’élaboration des statistiques monétaires mis à jour tenant compte de l’intégration des OPCI.

Source