fbpx

Rapprochement stratégique entre la CDG et le ministère de la justice

4

- Advertisement -

Les deux institutions renforcent leur synergie

La Caisse de dépôt et de gestion (CDG) renforce son partenariat avec le ministère de la Justice. Les deux parties ont signé lundi un protocole d’entente et deux conventions cadres y afférentes. L’objectif étant d’apporter une nouvelle dynamique aux relations établies entre les deux institutions et élargir leurs champs de coopération.

Signé par Abellatif Ouahbi, ministre de la justice, et Khalid Safir, directeur général de la CDG, le protocole d’entente conclu couvre plusieurs axes de collaboration entre les deux institutions.

L’engagement étant d’accompagner le ministère de la justice, notamment dans la modernisation des professions juridiques et judiciaires, placées sous sa tutelle et dont la gestion des comptes est confiée à la CDG. En vertu de ce rapprochement, le ministère de la justice bénéficiera de l’expertise des filiales du Groupe CDG dans l’implémentation des projets du ministère dans plusieurs domaines, tels que le tourisme, l’immobilier, l’aménagement et tout autre domaine d’intérêt commun.

Pour ce qui est des conventions cadres de partenariat, elles portent sur l’accompagnement, la modernisation des professions juridiques et judiciaires ainsi qu’à la transformation digitale du système judiciaire. La première convention-cadre portant sur la modernisation des professions juridiques et judiciaires a pour objectif d’assurer l’accompagnement du ministère par la CDG dans la mise en œuvre du projet Espace virtuel des professions juridiques et judiciaires pour les professionnels de justice, visant à faciliter la communication avec les affiliées aux professions juridiques et judiciaires et les professionnels de la justice», apprend-on dans ce sens.

Et d’ajouter qu’«elle permettra ainsi l’optimisation des coûts, la promotion de la transparence et la gestion et la fluidification des procédures liées à l’exercice des professions juridiques et judiciaires, par l’échange d’expertise et le financement de certains projets». L’accord-cadre prévoit également un accompagnement sur le volet formation au profit des professions juridiques et judiciaires. S’agissant de la deuxième convention-cadre, elle porte sur la transformation digitale du système judiciaire. Elle a pour objet l’échange d’expérience autour des stratégies numériques des deux parties et le conseil technique et pratique dans le domaine de la transformation digitale.

«Cet accord permet également au ministère l’accès au laboratoire d’innovation numérique (LAB Digital-Innovation) de la CDG dans le but de mener des expérimentations conjointes sur des thématiques communes», peut-on relever des deux institutions. Pour rappel, ces accords rentrent dans le cadre de la mission confiée à la CDG, depuis sa création, en tant que tiers de confiance, chargée de la gestion des fonds des professionnels de la justice et de son rôle dans l’accompagnement des professions juridiques et judiciaires.

Ils s’inscrivent également dans le cadre du rôle du ministère de la justice en tant que tutelle des professions juridiques et judiciaires et interviennent en application de la feuille de route liée à la transformation numérique du système judiciaire du Royaume, mis en œuvre par le ministère de la Justice.


Source