fbpx

Quels sont les vrais coûts du crédit immobilier au Maroc ?

1 131

Quels sont les vrais coûts du prêt bancaire ?

Quand on demande un crédit bancaire ou un prêt immobilier auprès d’une banque ou d’un établissement de crédit spécialisé au Maroc, il est important de s’informer sur les coûts réels ainsi que les coûts cachés qui en découlent. Découvrez l’ensemble des coûts liés au crédit immobilier au Maroc.  

Les éléments à considérer lors d’une demande d’un crédit

Lorsque vous sollicitez votre banque ou un établissement de crédit dans le cadre d’un achat immobilier au Maroc, vous devez vous intéresser principalement au coût du crédit octroyé. En effet, le taux d’intérêt annoncé n’est pas le seul élément à considérer. Demandez à votre banquier de vous remettre un document récapitulant l’ensemble des frais liés au crédit immobilier. Pensez alors à lire attentivement toutes les clauses avant d’apposer votre signature finale.

Le taux d’intérêt du crédit

En fonction du montant emprunté, votre banquier appliquera un taux d’intérêt fixe ou variable. Vous rembourserez alors une somme plus grande que le montant net prêté par la banque.

Le taux fixe implique une mensualité inchangeable sur toute la durée du crédit. Par contre, un taux variable augmente ou diminue selon les indices financiers du marché. La mensualité à rembourser sera donc variable.

Le TEG ou le taux annuel effectif global

Le contrôle des taux d’intérêt appliqués par les prêteurs incombe à Bank Al-Maghrib, qui assure le respect des dispositions en vigueur. Le TEG est exprimé en pourcentage annuel. Il permet à l’emprunteur de comparer les différentes offres proposées par les banques nationales ou les établissements de crédit.

Pour faire simple, le TEG est l’équivalent du rendement qu’obtiendra votre banquier sur la somme prêtée. Il reste par contre un élément partiel, car il y a d’autres coûts à prévoir.

La durée du crédit bancaire

C’est une règle : plus la durée de remboursement du crédit bancaire est réduite et la somme mensuelle à rembourser est importante, plus les intérêts seront faibles. Pensez à faire une simulation sur l’un des outils mis en place par votre banque pour avoir une idée approximative sur le coût général de votre prêt.

Sinon, demandez à votre banquier de vous faire une simulation avec des durées de remboursement et des sommes différentes, pour comprendre au mieux ce qui vous attendra. 

Les dépenses accessoires ou annexes au crédit

Obtenir un crédit bancaire implique des dépenses annexes importantes. Cela comprend une variété de frais, comme les frais d’enquête permettant de s’assurer de la solvabilité du client et de sa situation financière, les frais d’ouverture du dossier en plus de ceux liés à la perception de la mensualité, sans oublier les frais d’assurance. En gros, c’est l’ensemble des dépenses à honorer pour mener à bien la procédure de financement.

L’assurance emprunteur

Lors de la signature des documents relatifs à l’octroi du crédit, votre banquier vous fera signer également une assurance emprunteur. Cette assurance sert à couvrir le risque d’impayés par le client ou toutes autres difficultés financières.

A titre d’exemple : sur un crédit de 1 million de DH remboursable sur une durée totale de 20 ans, à un taux de 4,9%, l’emprunteur aura une traite mensuelle de 7087 DH plus 270 DH comme assurance emprunteur.  Sur les 20 ans, il paiera donc environ 64.800 DH, soit 9,2% du coût du crédit (700.880 DH).

Les frais de communication

Votre banque peut envoyer un document périodique qui représente de manière détaillée l’état de votre prêt bancaire. Ce sont entre autres toutes les dépenses liées à votre relevé de compte.  

La demande de la mainlevée

Après le règlement de la dernière mensualité, l’emprunteur peut demander la mainlevée. Il s’agit d’un document qui authentifie que le remboursement du prêt ou du crédit immobilier a été totalement effectué.

En cas de revente du bien immobilier, vous devrez alors vous acquitter des frais de la mainlevée pour que la garantie hypothécaire s’estompe sur le bien revendu auprès de la banque. Dans ce cas, des coûts supplémentaires peuvent donc se rajouter pour la demande de la mainlevée.