fbpx

Les crédits immobiliers en décélération

3

A l’heure où les taux d’intérêt sont à leur plus bas niveau

L’acquisition d’un bien immobilier reste la principale motivation pour les ménages afin de contracter un prêt. En témoigne la proportion que revêtent les prêts immobiliers dans la structure globale des crédits bancaires. Sur les 980,65 milliards de dirhams de crédits bancaires distribués sur les 4 premiers mois de l’année, 293,07 milliards ont été contractés sous forme de crédits immobiliers. Cet encours s’inscrit en consolidation de 6,62 milliards DH comparé à la même période de l’année passée. En dépit de cette progression, le rythme de progression des crédits immobiliers affiche une décélération au quatrième mois de l’année. Les chiffres arrêtés par Bank Al-Maghrib démontraient à fin avril une progression de 2,3% de ces prêts et ce contre 2,6% auparavant.

Les ménages, principaux bénéficiaires
Les données disponibles à fin avril placent les ménages en tête des clients de ce segment. Ils captent à eux seuls un encours de l’ordre de 241,45 milliards de dirhams. Ces prêts s’inscrivent en effet en amélioration de 3,2% se consolidant d’un encours additionnel de l’ordre de 7,58 milliards de dirhams. Se référant aux statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib, les crédits à l’habitat s’établissent à 234,92 milliards de dirhams en amélioration de 7,3 milliards de dirhams, par rapport à la même période de l’année, soit une hausse de 3,2% en glissement annuel. Parmi les tendances relevées également, on cite la nette progression des crédits alloués à la promotion immobilière. Leur encours s’est affermi de 7,1% pour atteindre les 5,88 milliards de dirhams à fin avril. Toutefois, les crédits immobiliers alloués aux sociétés non financières privées se sont inscrits en repli comparé au quatrième mois de l’année précédente. Ils ont perdu ainsi 1,38 milliard de dirhams de leur valeur. Ils ressortent à 50,26 milliards de dirhams en baisse de 2,7%.

Un taux moyen d’intérêt de l’ordre de 4,10% hors taxe fixe
Ces derniers continuent de se positionner à leur plus bas niveau. Les taux d’emprunt pratiqués à ce jour sont très compétitifs. Ils interviennent à un moment où les emprunteurs sont de mieux en mieux informés. Ils peuvent ainsi plus facilement faire jouer la concurrence, ce qui pousse chaque banque à vouloir maintenir les meilleures offres du marché. A cet effet, les taux d’intérêt se situent à leur plus bas niveau. C’est d’ailleurs ce que constate Afdal.ma dans son dernier baromètre. Le taux moyen au Maroc s’articule à fin mai autour de 4,10% hors taxe fixe, et ce toutes durées confondues. «Sur la base des 419 pré-accords de principe distribués par Afdal.ma en mai, les taux immobiliers continuent de diminuer, et ont été réduits jusqu’à 3,9% hors taxe fixe», commente Afdal.ma dans son analyse. Et d’ajouter que «les taux bas ont permis à de nombreux acheteurs d’accéder au marché immobilier. Les banques ont donc tout fait pour maintenir les taux à ce niveau, ce qui peut être expliqué par plusieurs facteurs : la volonté de la banque centrale de ne pas étouffer la croissance, le besoin de compenser la hausse des prix immobiliers, la concurrence plus forte entre les banques, etc.». Dans les détails, les emprunts immobiliers portant sur un montant de 80.000 à 1.500.000 dirhams ont baissé de 0,10% en taux fixe. Pour ce qui est des prêts contractés à moins de 800.000 dirhams, leurs taux ont, selon Afdal.ma, diminué de 0,03% en fixe hors taxe. «Seule ombre au tableau, même si les conditions d’emprunt restent toujours très attractives : les prêts d’un montant se logeant entre 1.500.000 et 2.000.000 dirhams enregistrent une légère hausse de 0,10% en taux fixe hors taxe», relève-t-on à ce propos. S’agissant des taux de l’assurance décès-invalidité, ils ont stagné à une moyenne de 0,40% au mois de mai, faisant ressortir le taux annuel effectif global à une moyenne de 4,91% fixe.

Une concurrence accrue entre les établissements prêteurs
A l’aube de la période estivale, les experts du marché observent une forte concurrence entre les établissements prêteurs. Cette tendance explique en partie la baisse des taux observée. Pour Afdal, cette baisse est souvent accompagnée par des offres promotionnelles. Le but étant d’encourager les primo-accédants à acquérir un bien même avec un apport personnel limité. En mai 2022, 414 pré-accords, sur les 419 générés, indiquent une durée d’emprunt inférieure à 15 ans. La moyenne sur l’ensemble est de 19 ans. «Une réduction qui pourrait être une conséquence directe de l’augmentation des capacités d’emprunt suite à la baisse des taux», peut-on retenir dudit baromètre. Pour contrer cette réduction, Afdal.ma indique qu’il est important d’assumer un affaissement général de la quotité de financement des crédits accordés. La quotité de financement a baissé de 37,90% pour les crédits à l’habitat de plus de 3.000.000 dirhams. En général, la baisse de la quotité de financement s’enregistre à 2,77% entre mai et avril de l’année 2022.


Source