fbpx

Immobilier Commercial — transition vers un secteur plus structuré

127

Le marché de l’immobilier commercial organisé n’en est encore qu’à ses débuts au Maroc, mais il connait déjà une transition importante vers une industrie plus structurée.

Aujourd’hui, nous comptons 17 centres commerciaux dans le royaume, avec 2 modèles économiques bien distincts :

  • Les retails parks : plus adéquats au contexte marocain, car représente un centre commercial de mass market, avec moins d’aménagements communs, une implantation pré-urbaine et donc in fine des charges minimes, amenant un loyer moyen à 150dhs/m2 par mois.
  • Les malls : constituent des établissements premium, avec des coûts de construction astronomiques et des aménagements conséquents, d’où un loyer mensuel, plus élevé, de 400 dhs/m2.

Par ailleurs, la cible du mall étant orientée premium, il reste difficile de rentabiliser son activité au vu du pouvoir d’achat des marocains. Dans ce sens, bon nombre de malls a du revoir son positionnement afin de toucher une cible plus large.
Notons que le rendement moyen d’un retail park se situe entre 8% et 10%, tandis que celui d’un mall reste bien inférieur à ces chiffres.

Enfin, l’opérationnalisation des OPCI poussera les acteurs de l’immobilier commercial à se développer et aux acteurs du marché à se structurer.
Jérôme Carrère, managing partner au sein de Camus Solutions Immobilières, indique que «Les exploitants pourront donc se recentrer sur leur activité et se délester de leurs actifs immobiliers détenus, au profit de ces organismes de placement qui leur garantiront un rendement locatif annuel». (source : lavieeco).